Archives de Tag: Cité de la musique

La Cité de la musique sous le charme des Joliot-Curie

Restitution de la résidence in situ

Jeudi 23 mai,  17h30. Quelques jeunes filles de la classe de référence attendent patiemment l’arrivée de leurs collègues pour le concert de ce soir. Dix minutes après, les garçons arrivent, la plupart sur leurs trottinettes. Plus que trente minutes les séparent de l’heure de vérité, celle à laquelle, ensemble, ils vont restituer, devant le public, dont leurs parents, le travail de longue haleine abattu durant toute l’année scolaire avec les Dissonances.  8 mois de labeur pour apprendre les rudiments de la musique. Comment tenir un instrument de musique, en prendre soin chez soi à la maison,  gratter quelques notes, apprivoiser l’archer, et s’imposer la discipline et la rigueur nécessaires pour s’imprégner l’esprit d’équipe indispensable à un orchestre. En début d’année, ils étaient venus en spectateurs ici, à la Cité de la musique. Pour la plupart, c’était la première fois qu’ils assistaient à un concert de musique classique. L’ennui se lisait quelque peu sur leurs visages.  Au fil du temps, avec l’aide du violoniste Alain Martinez et de son complice Benoît Faucher, les élèves ont pris goût  à ce genre de musique un peu inhabituel à leur playlist. Mais, ça, c’’était il y a 8 mois.  Ce soir, ils ne sont pas venus en spectateurs. Ce sont eux les acteurs de la soirée. Des petits musiciens en herbe qui prennent très au sérieux le rôle que chacun va devoir jouer dans quelques instants.  L’exercice sera d’autant plus délicat qu’ils vont jouer dans le hall, avec ce que cela comporte comme résonnance sonore. Il faudra faire avec. Comme dans la vie, ce sont des aléas qu’il faut savoir surmonter. Dans les coulisses, ils troquent leurs habits contre des tee-shirts noirs frappés du logo de la Cité de la musique. Ils essayent de surmonter le stress comme ils peuvent. En se lançant mutuellement des vannes. Mais, très vite, le calme reprend le dessus. Dans la salle, plus précisément dans le hall, les invités ont pris place. Il est 19h. On peut y aller.

La première symphonie de Gustave Mahler, jouée sur un ostinato, une sorte de procession d’élèves violonistes, ouvre le concert. Pendant ce temps, les violoncellistes  attendent dans le hall. Une fois les deux groupes réunis dans le lieu, ils enchaînent avec le même morceau, mais au troisième mouvement, sur le thème de « Frères Jacques » en mineur. C’est avec ce thème qu’ils ont débuté les ateliers de la résidence. Ce thème peut se jouer en canon et s’avère très riche dans sa construction.

Il y aura aussi un peu de polyphonie ainsi que des pizzicato, une façon particulière de jouer du violon en pinçant les cordes, avec ou sans l’archer …. Voilà pour l’entrée sur scène. Pour le plat consistant, les « Joliot-Curie » vont jouent  3 morceaux : Deux symphonies, dont une de Mahler, suivie de celle de Georges Frederique  Hendel. Celle-ci est une sarabande, sorte de danse de la Renaissance, qui  aura plutôt servi de thème de variation. S’ensuit après un rythme corporel  (Body clapping) sur une variation de Frank Bridje pour  permettre aux élèves de créer du rythme en frappant juste leurs corps. Ainsi ont-ils pu terminer leur spectacle sur un air irlandais avec quelques musiciens professionnels des Dissonances venus les rejoindre sur scène à la fin de cette programmation musicale à vocation essentiellement pédagogique. Le but était de montrer au public l’évolution des élèves depuis le  début de l’année. Au bout de 20 minutes de prestation, à en juger par les applaudissements, on peut dire que le public est tombé sous le charme.

Léon Kharomon

Ils ont dit :

 

« L’association d’une institution culturelle comme la Cité de la musique à  l’ensemble musical qu’est Les Dissonances, en lien avec les élus politiques du Conseil général et le collège a réellement produit un travail collectif autour de l’art et la culture. Chacun trouve sa place et joue un rôle complémentaire dans ce projet. La Cité a permis aux enfants de découvrir le milieu de l’orchestre à travers des ateliers pratiques, des répétions, des sorties et des concerts éducatifs. C’est la première fois qu’on implantait un ensemble musical au sein d’un établissement. Et c’est quelque chose qu’on a envie de renouveler parce qu’on trouve que c’est extrêmement complémentaire avec l’aspect pratique. La Cité de la musique a la volonté de travailler la saison prochaine avec le collège Joliot-Curie dans le cadre d’un autre projet pédagogique axé sur la pratique vocale et instrumentale. Concrètement, un projet de comédie musicale autour des Misérables de Victor Hugo. Il y a un lien de proximité qu’on doit tisser avec ce collège. On a envie que les enfants et leurs parents viennent régulièrement découvrir ce qu’est la musique ». Julie David, Responsable de concerts éducatifs à la Cité de la musique.

« L’effet est absolument incroyable, au-delà de la production qu’ils ont pu nous montrer ce soir. On est ravi de ce projet qui a eu des effets sur leur scolarité » Mme  Vandard, Principale du collège Joliot-Curie.

« Ce soir, c’est le grand jour. Cela a été un travail de longue haleine. La résidence a permis une ouverture culturelle chez les élèves. Ils ont pu rencontrer plein de musiciens d’horizons différents et qui avaient chacun une histoire particulière. Ils ont vécu de l’intérieur un milieu professionnel. Ce soir, ce sont eux les professionnels. La force de la résidence In situ, c’est le contact entre les élèves et les artistes et la fréquence de ces contacts. On y développe un projet à grande échelle, que nous encadreurs, pouvons suivre. On a retrouvé une cohésion très forte entre les élèves à travers ce projet. On a été vraiment dans le domaine de l’art. J’en suis fier, car c’était un grand honneur pour moi de porter ce projet ». Anne Thunière, Professeure d’éducation musicale.

«  C’était vraiment super. C’est presque la fin de l’aventure. Mais pas totalement. On sera là encore avec les élèves le 21 juin pour la restitution des ateliers organisés par la Cité de la Musique ». Alain Martinez, musicien.

« J’ai l’impression de sortir d’un music-hall, je suis ravi. Les élèves ont très bien travaillé. Il y a avait certes une petite appréhension avant, pour les élèves et pour nous, à savoir si les choses apprises durant l’année allaient être bien rendues. C’était une des meilleures fois que je les voyais aussi concentrés. Pour la suite, on verra si il y en a qui veulent plus tard continuer au conservatoire. On a encore un petit mois où on pourra parler avec eux ». Benoit Faucher, musicien.

« Il y a eu beaucoup de travail de fait. Une belle évolution par rapport au début. C’est impressionnant, la différence avec le début. A la maison, au début, c’était dur pour les oreilles. Et puis, ça s’est amélioré au fur et à mesure. J’espère que pour ma fille, elle aura peut-être envie de continuer ». Parent d’élève.

« J’avais un petit aperçu durant l’année, et là je suis venue pour la finale. Je viens de passer un moment très agréable. C’était un peu difficile au début, mais on s’est vite apprivoisés, parce que j’aime bien la musique classique que j’écoute tous les soirs d’ailleurs. C’est une musique reposante. Si ma fille veut devenir musicienne, je vais l’encourager dans ce sens ». Parent d’élève

Portfolio

PICT3944

Sur leurs trottinettes, les élèves arrivent à la Cité de la Musique ( Crédit Photo/ Léon Kharomon)

PICT3965

Dans les coulisses, on se détend comme on peut pour surmonter le trac ( Crédit photo /Léon Kharomon)

Entrée sur scène des « artistes » sur un Ostinato de Gustave Mahler ( Crédit Photo /Léon Kharomon)

Entrée sur scène des « artistes » sur un Ostinato de Gustave Mahler ( Crédit Photo /Léon Kharomon)

PICT3948PICT3953

Poster un commentaire

Classé dans Les Dissonances

La générale avant la Cité de la musique

A la veille des  vacances d’avril, une certaine effervescence règne dans les escaliers qui mènent au deuxième étage du collège Joliot-Curie de Pantin. Après un hiver interminable, ils ont hâte de prendre deux bonnes semaines pour profiter de premiers rayons de soleil du printemps. La  classe de référence In situ voudrait bien en profiter aussi. Mais le printemps en aura décidé autrement. Tant pis. Pour l’instant, les élèves savent qu’avec les Dissonances, ils ont amorcé la dernière ligne droite vers le concert  du mois de mai. L’heure de la restitution approche.

 Simulation

Ce matin, dans le couloir, nous en rencontrons une partie en file indienne, les violons bien tenus.

PICT3795

Dans les couloirs du collège, les élèves s’imaginent à la Cité de la Musique. ( Crédit photo : Léon kharomon)

Alain Martinez ne se fait plus trop de souci sur la tenue des instruments. On est loin de premiers ateliers In situ où il devait expliquer et réexpliquer, exemple à l’appui, comment tenir un violon, un violoncelle, une contrebasse…Ils ont fait du chemin, ces élèves ! Faire corps avec l’instrument n’a plus de secret pour eux. Reste à peaufiner le spectacle proprement dit. Benoit Faucher imagine un scénario où le couloir du collège sert d’espace de procession vers la salle. Le premier groupe d’élèves, violonistes, marcheront à l’Ostinato, tandis que l’autre groupe d’élèves violoncellistes attendront dans la salle. « Vous déambulerez dans le couloir en vous dirigeant vers la salle. Chacun doit savoir, dès ce moment, qui sera son voisin le jour du concert »  Tout doit se préparer et se régler à la seconde près. La musique classique ne s’accommode pas trop avec l’improvisation. A son tour,  Alain Martinez rappelle aux élèves du  groupe 1 qu’ils vont jouer la première cellule durant toute la procession, tandis que leurs collègues violoncellistes du groupe 2 joueront le thème musical. « D’ailleurs,c’est quoi la première cellule ? » demande t-il aux élèves : «  Do, ré, mi, fa, sol… » répondent- ils en chœur.   Une fois qu’on sera dans la salle, on restera à côté de sa chaise, debout, pour enchainer directement avec un autre morceau. Une fois que tout le monde est installé, on s’arrête ensemble. Ensuite, le groupe Ostinato va jouer 8 temps, tandis que le groupe 2 renouvelle deux fois le thème musical en canon. L’ostinato, même s’il peut paraître répétitif, n’est pas à négliger. C’est la pierre angulaire de la sarabande.

 

Cerise sur le gâteau

Alain Martinez et Benoit Faucher ont l’habitude d’inviter entre 11h et midi, un musicien des Dissonances pour expliquer et jouer chaque fois d’un instrument nouveau devant les élèves. Au fil des ateliers, la panoplie d’instrumentistes s’est étoffée. Ainsi, ont-ils apprécié la contrebasse jouée par Grégoire Dubruel, avant qu’ Alexandre  Gattet ne les étonne avec son hautbois. La Clarinette de Gaëlle Burgelin, et le saxophone joué par Alexandra Grimal les ont également enchantés. Aujourd’hui, David Grimal est venu « animer » la tranche 11-12h. Pour Benoit Faucher, c’est une « cerise sur le gâteau » que le virtuose du violon, responsable de l’ensemble « Les Dissonances » fasse le déplacement au collège Joliot-Curie, en dépit de son agenda chargé. Plus de doute, à cet instant, on sait que le concert se profile. Les élèves ont bien progressé. Ils savent qui va jouer de quel instrument et à quel moment précis il va jouer sa partition le soir du grand rendez-vous dans le hall de la Cité de la musique. La perspective de jouer devant un public les motive davantage. Ils ont envie de bien faire. Et cela engendre naturellement un peu de trac. « Mais, cela fait partie de leur progrès » rassure Alain Martinez.

Léon Kharomon

 

Poster un commentaire

Classé dans Les Dissonances

Récré en mode Dissonances à Joliot-Curie

Vendredi 05 octobre. Collège Joliot-Curie à Pantin. C’est l’heure de la récréation. Il est 09h50. Aujourd’hui, c’est pas rap, ni soul, encore moins du  techno dans les écouteurs. Place à de la musique classique. Sous le préau, Alain Martinez et Benoit Faucher gratifient les élèves d’une « danse de Hendel » et d’une valse musette des années 30 pour une pause bien mérité. En live ! Je m’attendais à voir les élèves bouder cette prestation. Que non ! Ils y ont pris plaisir et en ont même redemandé.  En fait, c’est  l’acte inaugural du groupe les Dissonances. L’accueil est plus que chaleureux. Une heure auparavant, au cours de leur tout premier atelier avec la classe de référence, les élèves ont appris comment tenir, mieux, comment  faire corps avec  les instruments de musique.

Faire corps avec l’instrument de musique, ça s’apprend.

En l’occurrence un violon et un violoncelle. Bien  plus que l’art, ils ont appris que la musique classique rime avec discipline, rigueur, passion et surtout  esprit d’équipe. Elle peut être frustrante, cette musique classique, quand on sait que, pour jouer de son instrument dans un morceau, il arrive qu’un musicien attende 10 minutes voire plus! Nul besoin de préciser qu’il n’a pas droit à l’erreur. Au risque de faire écrouler « l’édifice » auquel tous les musiciens de l’orchestre auront mis des heures de travail.  Pour ce faire, il faut bien sûr de la patience, l’autre qualité qu’on développe, sur fond d’écoute attentive. La musique, c’est bien plus qu’une simple combinaison de sons agréables à l’oreille… Cette année, ensemble avec les élèves,  Benoit Faucher et Alain Martinez vont travailler sur la 1ère symphonie de Gustave Mahler,  troisième mouvement. Ce compositeur, pianiste et chef d’orchestre qui vécut de 1860 à 1911 dans l’Empire d’Autriche, en a composé dix. Connues surtout pour leur orchestration assez originale. Héritier de la tradition austro-allemande, sa musique est très influencée par des grandes références du genre, tels que Bach, Mozart et Beethoven.

Léon Kharomon

Poster un commentaire

Classé dans Les Dissonances